FCPE Nationale - mai 2011

Paris, le 26 mai 2011

La « Nuit des Écoles » est un succès, on continue !

L'opération « Nuit des Écoles » lancée par la FCPE qui s'est déroulée, pour la majeure partie du pays, le vendredi 20 mai est un véritable succès, avec plus d'un millier d'Ecoles recensées. L'opération a démontré la détermination des parents à se battre pour défendre leur École.

Et ce n'est pas fini ! De nouvelles occupations ont eu lieu le 24 mai et auront encore lieu le 27 mai, notamment à Paris, en Haute-Garonne ou encore dans les Vosges... L'action de la FCPE ne s'arrête pas, au contraire : elle continue de prendre de l'ampleur.

La pétition lancée par la FCPE : « De l'ambition pour l'Ecole ! » est soutenue par plus de 35 000 signataires. Signée par des parents, des enseignants, des citoyens et des élus politiques, elle s'inscrit pleinement dans le combat que nous menons contre la réduction des moyens humains et financiers.

Les maires de France se rallient eux aussi à la protestation. Ils signent la pétition de la FCPE nationale et l'Association des maires de France a dénoncé le 23 mai, après l'Association des maires ruraux de France, la dégradation des conditions d'études des enfants, depuis plusieurs années.

La FCPE appelle l'ensemble des associations d'élus à faire de même, pour s'adresser ensemble au gouvernement, aux députés et sénateurs, afin d'obtenir un collectif budgétaire, seule possibilité de revenir sur les 16 000 suppressions de postes dans l'Education nationale prévues à la rentrée prochaine.

Communiqué de Presse du 26/05/2011 - FCPE Nationale

__________________________________________________________

Paris le 11 mai 2011

Evaluations en juin en CE1, CM2, 5ème :
attention "ORIENTATION PRECOCE" !

La FCPE n'est pas dupe de la dernière proposition du ministre. Elle refuse des évaluations nationales en fin d'année qui ne pourraient conduire qu'à orienter précocement les élèves et préfère une évaluation en début d'année qui permette la mise en place par l'enseignant d'une pédagogie adaptée aux élèves nécessaire à la réussite du plus grand nombre.

La fédération demande au ministre d'organiser des évaluations qui servent aux élèves et aux enseignants. Elles doivent avoir lieu en septembre, c'est-à-dire en début d'année de chaque cycle ou en début de dernière année de cycle et doivent être expliquées aux parents.

La FCPE ne s'oppose pas à un évaluation du système qui, elle, peut se faire par sondage (c'est-à-dire sur un échantillon représentatif de la population scolaire) et qui permettrait par ailleurs d'économiser quelque 20 millons d'euros qui équivalent à 600 postes pour l'Education Nationale.

Une bagatelle, au vu du contexte budgétaire !

Communiqué de Presse du 11/05/2011 - FCPE Nationale

__________________________________________________________

Paris le 6 mai 2011

Apprentissage à 14 ans : les fausses nouvelles idées de l'UMP

La FCPE dénonce les tentatives récurrentes du ministère de l'Education nationale et le la majorité parlemantaire actuelle de vanter sans cesse les mérites d'une orientation précoce dont les conséquences sont dangereuses pour les élèves.

Alors même que Nicolas Sarkozy s'était engagé lors de la présidentiellee de 2007 à mettre fin à "l'apprentissage junior", la FCPE s'interroge sur la dernière "trouvaille" de l'UMP proposant, à l'occasion de sa dernière convention pour l'emploi, d'abaisser l'âge minimum d'entrée en apprentissage en étendant le Dima (dispositifs d'initiation aux métiers de l'alternance) aux jeunes de 14 ans".

Ansi, de manière cyclique, l'UMP remet sur le tapis la sortie précoce du système scolaire : il y a quelques mois par un examen d'entrée en 6ème, aujourd'hui par l'apprentissage dès 14 ans ! Ce serait la solution pour favoriser "la croissance des PME et de l'emploi", rien de moins !

Ces déclarations semblent parfois encouragées par certaines annonces ministérielles comme celle d'une évaluation nationale en fin de 5ème ou encore les aménagements prévus en 4ème permettant des sorties plus nombreuses vers des milieux professionnels.

L'apprentissage et l'enseignement professionnel ne doivent pas servir de "voies de garage" pour des élèves en situation d'échec scolaire. De tels dispositifs empêcheraient tout progrès vers l'acquisition par tous des connaissances et compétences indispensables qui ont pourtant été réaffirmées par une récente mission parlementaire.

La FCPE réaffirme son attachement au collège unique.

Pour la FCPE, l'orientation doit être choisie et non subie. Pour cela, elle ne doit pas être soumise aux statistiques mais faire l'objet d'une décision de l'élève et de la famille.

Communiqué de Presse du 6/05/2011 - FCPE Nationale

__________________________________________________________

Paris le 6 mai 2011

Information aux CDPE

Chers amis,

C'est à l'état et non à la commune de financer l'intervention des AVS-I pendant le temps périscolaire.

Par deux arrêts en date du 20 avril 2011, le Conseil d'Etat donne tort à l'Inspection Académique du Finistère concernant le financement des AVS-I sur temps périscolaire.

En effet, à la rentrée 2010, l'Inspection Académique du Finistère avait refusé de financer les heures d'accompagnement d'un enfant en situation de handicap par une AVS-I sur le temps de cantine, heures d'accompagnement pourtant notifiée par la commission départementale des personnes handicapées, au motif que le temps périscolaire relevait de la responsabilité de la commune et non de l'Education Nationale.

Lors d'un premier jugement, le tribunal administratif de Rennes avait déjà donné tort à l'Inspection Académique, considérant que le financement par l'Etat des emplois d'AVS-I n'est pas limité aux interventions pendant le temps scolaire. Le ministère de l'Education Nationale a donc fait appel de cette décision devant le Conseil d'Etat qui a rejeté le pourvoi du ministère de l'Education Nationale.

Cette décision donne raison à la commune de Plabennec et à la famille concernée : "il incombe à l'Etat, au titre de sa mission d'organisation générale du service public de l'Education, de prendre l'ensemble des  mesures et de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour que le droit à l'éducation et l'obligation scolaire aient, pour les enfants handicapés, un caractère effectif ; qu'à cette fin, la prise en charge par celui-ci du financement des emplois des assistants d'éducation qu'il recrute pour l'aide à l'accueil et à l'intégration scolaires des enfants handicapés en milieu ordinaire n'est pas limitée aux interventions pendant le temps ordinaires."

Bien Cordialement.

Jean-Jacques HAZAN - FCPE Nationale

© 2012 FCPE ARDECHE