Actions CDPE 07 - 2011-2012

La FCPE de l'Ardèche a présenté une motion au CDEN du 3 juillet à Privas, "l'éducation n'est pas une charge, c'est un investissement pour l'avenir", cette motion dénonce le manque de moyens dans l'éducation nationale, la notion d'argent public pour l'école publique, l'ouverture d'écoles publiques partout sur le territoire, la défense du collége unique et les moyens pour accompagner tous les enfants porteurs de handicap.

Cette motion a été approuvée à l'unanimité des membres présents moins une abstention.

N'hésitez pas à diffuser ce texte à tous vos réseaux.

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

MOTION

L’éducation n’est pas une charge, c’est un investissement pour l’avenir !


Le CDEN dénonce le manque de moyens et d’ambition pour l’École de nos enfants. Réinvestir dans l’éducation est une urgence, un choix politique et un grand défi dans une société en crise. La situation dramatique de notre système éducatif oblige à recourir à des mesures exceptionnelles, en complément de celles annoncées par le Ministre, pour assurer une rentrée 2012 à minima pour tous les élèves. Les 1 000 postes proposés pour la rentrée sont un bon début mais nous sommes loin des 80 000 postes détruits dans l’éducation depuis 5 ans. Ecoles, collèges, lycées, tous les niveaux d’enseignement ont subi des retraits de postes injustifiés, tous les niveaux d’enseignement ont besoin de créations massives de postes. Nous demandons que les situations ardéchoises d'urgence dans certains établissements trouvent une solution des la prochaine rentrée.

Le CDEN en appelle à toutes les autorités, à tous les acteurs de l’Éducation nationale et exige, dès maintenant, un « collectif budgétaire » qui prendra en compte les priorités éducatives et sociales de la Nation. Il exige que l’argent public aille uniquement à l’École publique. Il appelle l’État à respecter son premier devoir : développer et défendre le service public d’éducation. Il demande donc solennellement l’abrogation de la loi Carle et la suppression des avantages fiscaux qui favorisent le développement des organismes de soutien scolaire privés.

Dans le cadre d’un service public de proximité, le CDEN revendique l’ouverture d’écoles publiques là où le territoire en est dépourvu. Le CDEN exige que l’état soit garant d’un enseignement de qualité pour tous les enfants et les jeunes, sans incidence financière quelle que soit leur situation géographique. Dans ce cadre, nous dénonçons les suppressions envisagés dans les autres ministères ou encore chez les personnels administratifs de l’Education Nationale !
Le collège unique a été remis en question ces dernières années à travers une logique de mise en  concurrence, de tri et d’individualisation des parcours scolaires. La désectorisation n’a fait qu’aggraver les inégalités en créant des établissements ghettos. Le nombre d'élèves par classe n'a cessé d'augmenter ; Il est inacceptable que des élèves de 14 ans soient « exfiltrés » du collège pour tous vers des formations en CFA ou en LP qu’ils n’ont pas choisies, sur la seule base de leurs difficultés scolaires. Le CDEN affirme que le collège unique s’impose comme la meilleure arme de lutte contre les inégalités à l’école en apportant un enseignement commun à tous les jeunes de notre pays. Il exige sa rénovation, pensée dans le cadre d’une transformation plus large de l’école.

Afin que l’école pour tous devienne une réalité, le CDEN exige que la loi de février 2005 soit appliquée en y allouant les moyens nécessaires. Tout élève en situation de handicap doit bénéficier de l’accompagnement humain et matériel qui lui a été notifié par la MDPH.

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

La motion est téléchargeable :

Déclaration liminaire de la FCPE07 au CDEN du 3 juillet 2012

Jamais le premier degré n’avait connu une aussi grave dégradation.
Depuis le début de l’année scolaire les parents d’élèves et les enseignants dénoncent de dramatiques et récurrents problèmes de remplacements dans les écoles ardéchoises.

Certains élèves n’ont eu aucun enseignant pendant 3 semaines de période cumulée sur l’année, de plus, les jeunes élèves ont vu défiler plusieurs enseignants différents depuis septembre.
Les élèves dont l’enseignant est absent se voient dispatchés dans les autres classes de l’école, désorganisant ainsi l’ensemble des classes et empêchant le travail de toute une école.
Cette situation est scandaleuse, autant pour le non respect des élèves qui accumulent du retard, perdent des repères, que pour le non respect des enseignants qui ne peuvent assurer de continuité pédagogique véritable.
Les parents d’élèves FCPE, Madame la directrice, vous ont envoyé de multiples courriers à ce sujet.

En collège et en lycée l’absence de professeurs s’est soldée par de nombreux manques d’heures de cours. L’accompagnement personnalisé n’a pas pu être mis en place dans de bonnes conditions, fautes de moyens et pour la rentrée prochaine on nous promet des classes encore plus chargées et une difficulté grandissante pour mettre en place du dégroupement. Plus grave, on ne permettra plus forcément aux élèves redoublants de le faire dans leur établissements mais ils devront faire de nombreux kilomètres….voire même une scolarisation dans des établissements privés.

La FCPE de l’Ardèche prend acte de la lettre que le ministre de l’éducation nationale vient d’envoyer à tous les personnels de son ministère. La FCPE est satisfaite de lire que les enfants de moins de 3 ans pourront être à nouveau scolarisés. Elle se félicite de la réaffirmation du collège unique et de la fin de l’orientation précoce avant le terme de la scolarité obligatoire.
Nous espérons que tous les élèves, y compris ceux de collège et de lycée, bénéficieront effectivement de 90 minutes de pause méridienne et que la pause de midi en primaire ne sera plus amputée par la mise en place de l’aide personnalisée.
Nous espérons également que les RASED qui ont été durement touchés par les suppressions de postes redeviendront partout présents afin d’aider les enfants en difficulté.

Le Conseil supérieur de l’éducation vient de se prononcer à une très large majorité pour l’allongement des vacances d’automne ce que nous réclamions depuis longtemps. Nous n’avons cessé de dénoncer le rattrapage du vendredi du  pont de l’ascension qui venait encore diminuer des vacances trop courtes.

Le dialogue entre parents et enseignants doit être restauré et nous exigeons la reconnaissance de la place des parents dans les instances où ils siègent. Les parents font partie de la communauté éducative et ils doivent être acteurs et non spectateurs. L’implication des parents dans l’école est en effet une des clés de la réussite des élèves.

Mais la FCPE attend de la nouvelle majorité à l'assemblée le vote d’une loi d’orientation et de programmation affirmant la priorité pour l’école

La FCPE sera de toute façon très vigilante pour que les annonces du ministre soient suivis des actes.

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

La déclaration est téléchargeable :

INTERPELLATION des Candidats aux élections législatives

Le 31 mai, dans nos locaux du CDPE à Privas, nous avions conviés des candidats aux élections législatives afin qu'ils répondent aux questions que nous nous posons sur l'école. Certains, n'ayant pu venir, nous ont envoyé leurs réponses.

Voici la synthèse de la rencontre avec des candidats

  • Réponse d'Olivier DUSSOPT
  • Réponse de François JACQUART
  • Réponse de Magali MARGOTTON
  • Réponse de Pascal TERRASSE

ACTION COMPLEMENTAIRE DE LA LETTRE OUVERTE AUX DEPUTES ET SENATEURS

Les information qui nous remontent des écoles primaires deviennent alarmantes. Les suppressions de postes qu'a subi le département de l'Ardèche ces deux dernières années créent de graves dysfonctionnements. Le dispositif de remplacement est complétement grippé et de plus en plus d'écoles se retrouvent avec des professeurs d'école absents et non remplacés. Les enfants n'ayant pas d'enseignants se trouvant répartis dans d'autres classes. C'est donc l'ensemble des élèves de ces écoles qui souffrent.
D'autre part on craint de voir arriver des vacataires à la place des profs ce qui contribuerait à dégrader l'enseignement.
Nous exigeons des profs qualifiés en face de nos élèves et nous exigeons la continuité du service public d'éducation.
Nous vous invitons à alerter la presse le plus largement possible lorsque votre école se trouve dans ce cas.
La FCPE va mener une action dans ce sens et nous vous invitons à adresser largement la lettre ouverte à l'ensemble des élus de notre département.
Ci-dessous une affiche conjointe FCPE07/SNUIPP07 que vous pouvez apposer sur le panneau d'affichage de votre école en mettant le nombre d'élèves privés de professeurs.

LETTRE OUVERTE AUX DEPUTES ET SENATEURS

A l'issue du CDEN du 7 février dernier, un courrier a été réalisé avec les partenaires de l'Education (SNUIPP-FSU, SE UNSA, SUD EDUCATION, FCPE, FOL) à l'intention des députés et sénateurs pour pour exiger un collectif budgétaire dès la rentrée 2012.

Cette lettre ouverte est proposée à la signature des enseignants, parents d'élèves et citoyens du département afin qu'il la transmette aux élus nationaux du département (députés et sénateurs).

Prenez le temps de l'imprimer, de la remplir avec vos coordonnées et de l'envoyer à nos députés et sénateurs.

Et ensuite, diffusez-la !

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

Nom :

Prénom :

Adresse :

Ville et code postal :


Monsieur le Député, Monsieur le Sénateur,


Les opérations de préparation de la rentrée scolaire 2012 laissent apparaître une profonde dégradation de notre service public d’éducation et cela à tous les niveaux d'enseignement : école primaire, collège et lycée publics.

Ces difficultés découlent directement des coupes budgétaires et de l'application du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partants à la retraite. Cette politique dénote du peu d’intérêt des gouvernants pour la jeunesse de ce pays.

Les soussignés, Enseignants, Parents d'élèves et Citoyens du département de l’Ardèche, affirment leur volonté de tout mettre en place pour obtenir une politique éducative permettant la réussite de tous : recrutement d’enseignants, possibilité de scolarisation dès deux ans, inversion de la politique de suppression massive de postes dans le secteur de l’aide aux élèves en difficulté (RASED dans les écoles primaires, structures à créer dans le secondaire), retour à une formation initiale et continue densifiée, renforcement des moyens de remplacement pour tendre vers l’objectif du remplacement effectif des enseignants absents dès le premier jour dans la majorité des situations et, au pire, le jour suivant, reconnaissance et financement des mouvements complémentaires de l'enseignement public.

Les budgets votés ces dernières années ne permettent plus à la nation de porter l’ambition de la réussite de tous. Ainsi, ce sont près de 80 000 postes qui ont été supprimés dans l’éducation en 5 ans. Dans ces conditions, c’est la jeunesse et donc l’avenir de ce pays que l’on sacrifie. Pourtant, notre pays est riche et jamais il n'a créé autant de richesse! Mais, pour accorder une part toujours plus grande de cette richesse à la petite partie de la population privilégiée, le gouvernement a fait le choix de détruire les solidarités et les services publics.

Dans quelques semaines, les citoyens sont appelés aux urnes. Quel que soit le résultat, nous continuerons à exiger un engagement fort de la Nation pour son école et la jeunesse de ce pays. Nous serons extrêmement attentifs à l’action et à l’engagement de l'Etat sur cette question. Cette exigence ne variera pas au gré des alternances et notre vigilance demeurera entière.

Au lendemain du deuxième tour de l’élection législative et si vous étiez réélu, nous vous demandons de porter la nécessité d’un collectif budgétaire permettant la création massive de postes d’enseignants afin de pouvoir dès la rentrée 2012 opérer les ouvertures de classes et de postes indispensables à la scolarisation et à la réussite des élèves du département dans les écoles, collèges et lycées publics.

Dans l’attente de votre réponse, recevez Monsieur le Député, Monsieur le Sénateur, l’assurance de notre attachement indéfectible au service public d’éducation.

cliquez ici pour télécharger la version pdf

 CDEN du Mardi 7 Février 2012 :

  • Déclaration liminiaire de la FCPE 07 
  • Articles de presse relatifs au CDEN
  • Et photos de la mobilisation dans la rue lors du CDEN :

APPEL UNITAIRE

CLIQUEZ SUR L'AFFICHE POUR TELECHARGER LA VERSION PDF

LETTRE OUVERTE A L'INSPECTION D'ACADEMIE

Privas,
Le 22 janvier 2012

Madame l’Inspectrice d’Académie
Inspection académique de l’Ardèche
Place André Malraux
07006 PRIVAS CEDEX


Objet : lettre ouverte à Mme l’Inspectrice d’Académie de l’Ardèche

Madame l'Inspectrice,

Des chiffres alarmants circulent quant au nombre de postes à la fermeture dans l'Académie de Grenoble : ce serait 153 postes en Élémentaire et 260 en secondaire. Pour l’Ardèche : 19 postes en moins dans le premier degré pour une baisse d’effectifs de seulement 66 élèves et 7 postes en moins en collège malgré 117 élèves supplémentaires. Les parents sont de plus en plus inquiets pour le devenir de leur(s) enfant(s) et nous interpellent partout, y compris des parents qui ne sont pas affiliés à notre fédération.

Nous confirmez-vous ces chiffres ? Dans l’affirmative, quelle en sera l'incidence sur notre département :
Combien de fermetures de classes en maternelle ? en élémentaire ?
Les enfants dès trois ans seront-ils toujours accueillis ? Combien ?
Combien d'écoles fermées ? fusionnées ? regroupées ?
Combien d'élèves par classe tant au primaire qu'au secondaire ?

Vous est il possible de nous faire connaître très rapidement les exigences du Rectorat.

Les fermetures de l'an passé ont placé l’École ardéchoise dans une situation toujours plus délicate. Combien de remplacements ne sont plus assurés. Les chiffres annoncés ne peuvent qu’hypothéquer et assombrir l'avenir des enfants de notre département. Vous avez parfaitement résumé la situation de nos élèves dans l'entretien paru dans Reliefs de l'automne 2011 "L'Ardèche connaît de bons résultats, ses élèves y réussissent bien. Il s'agit de conforter cela et de travailler au reste… avec pour ambition d'améliorer les perspectives d'études…"

Monsieur le Président de la République, lors de son déplacement à La Canourgue en Lozère, département rural comme le nôtre, a annoncé un moratoire sur les fermetures de classe en primaire en septembre 2012 : « l'école primaire bénéficie d'un traitement particulier. A la rentrée 2012, nous ne procéderons, hors démographie, à aucune fermeture de classe à l'école primaire. C'est-à-dire(...) que le nombre de fermetures de classes n'excédera pas le nombre d'ouvertures liées aux évolutions démographiques ». Le Ministre de l’Éducation a-t-il revu ses lettres de mission en fonction de ces nouvelles propositions ou doit-on dire à nos adhérents que ce n'était qu'un effet d'annonce ?

Nous souhaitons vivement que ce moratoire soit appliqué, même si cela reste insuffisant face aux besoins indispensables pour une nouvelle et réelle progression massive du niveau de culture moyen de la population, celle de la réussite des élèves, sur tout le territoire. Quelles en sont les incidences sur le secondaire ? Est-ce lui qui va subir les contre-coups de ces annonces ? Et comment ? Car M. Luc Chatel a confirmé la suppression de 14 000 postes au sein de son ministère. Ce qui plonge l'ensemble de la communauté éducative du collège dans la plus grande inquiétude.

Nous espérons que vous n’utiliserez pas la politique de regroupement pour continuer les économies d'échelle sur les postes d'enseignants en primaire. Vous nous aviez rassuré à ce sujet lors du dernier CDEN.

Nous avions noté aussi que, Monsieur le Président de République a déclaré lors de ses vœux à la communauté éducative qu'il fallait « mettre fin aux faiblesses du collège unique tel que nous le connaissons ». En proposant de diversifier les parcours dès la 4ème, M. Nicolas Sarkozy veut-il sélectionner les enfants en fonction de leur origine sociale, ce qui mènera inexorablement l'école à une « machine » à accroître les inégalités ? De ce fait, prévoyez-vous de réserver l'enseignement professionnel pour les classe populaires et l'enseignement général pour les plus privilégiés ?


Vous n'êtes pas sans ignorer, Madame l'inspectrice, les volontés de notre fédération à défendre et revendiquer la place de l'enfant au centre de l’Éducation, vous comprendrez donc pleinement nos inquiétudes et l'urgence de vos réponses, bien en amont du CDEN à venir.

Nous vous prions de croire, Madame l'Inspectrice, en l'expression de nos respectueuses salutations.

Pour la FCPE de l’Ardèche
Le Président

Alain HOREL

cliquez ici pour télécharger la version pdf

 

EDITO SEPTEMBRE 2011

Chaque rentrée scolaire est un moment particulier dans la scolarité de son enfant. Cette année est marquée, comme les précédentes, par des suppressions massives de postes (80 000 en 6 ans) alors que les effectifs augmentent. Les conditions de travail des élèves sont toujours plus difficiles.

De la maternelle au lycée, les réformes mises en oeuvre favorisent la concurrence, la sélection et le mérite, au détriment du soutien et de la remédiation scolaire (Rased, Segpa, …). L’école publique est réduite à minima, plus injuste et plus inégalitaire. Et dans ce contexte, les mesures annoncées sur les rythmes scolaires ne tendent qu’à justifier les restrictions.

Une autre conception de l’école doit prévaloir. Alors que le niveau des connaissances et des savoirs explose, ce n’est pas moins, mais plus et mieux d’école dont nos enfants ont besoin. A la veille d’une échéance importante pour le pays, il est essentiel de la considérer, non comme une charge à réduire, mais comme un investissement pour l’avenir.

Nous exigeons un service public d’éducation nationale de qualité partout en France, permettant l’épanouissement de tous et le bien vivre tous ensemble. Pour cela, c’est d’un véritable plan d’urgence que nous demandons.

C’est pourquoi nous appelons tous les parents à prendre leur place au sein des Conseils de Parents d’Elèves FCPE de chaque établissement scolaire pour résister et pour une école ambitieuse, plus juste et plus démocratique.

Alain HOREL
Président de la FCPE de l’Ardèche


 

CDEN du Mardi 6 décembre 2011 : Déclaration du CDPE 07

© 2012 FCPE ARDECHE